http://www.lepetitjournal.com/athenes/pratique/vivre-en-grece/258913-kalo-mina-tout-un-rituel-grec

Les salutations, c’est tout un rituel en Grèce.

(http://www.lepetitjournal.com/athenes/accueil/actualite/277185-ouzo-la-boisson-nationale-grecque)

Il y a bien sûr le καλημέρα – kalimera (bonjour), mais attention seulement le matin,

le καλό μεσημέρι – kalo mesimeri (bon midi) de 12h à 14h. mais seulement en partant,

le καλησπέρα – kalispera (bonsoir) de 14h à 20h

le καλό βράδυ – kalo vrazi (bonne soirée) – en partant après 20h.

en enfin, le καλή νύχτα – kali nirta (bonne nuit) avant d’aller se coucher.

Mais ce n’est pas tout ! Si vous tarder la nuit et que vous vous séparez tard, vous dites encore : καλό ξημέρωμα – kalo ximeroma (bon lever du soleil).

Le lundi, on se souhaite καλή εβδομάδα – kali evdomada (bonne semaine) et le 1er du mois : καλό μήνα – kalo mina (bon mois).

 

Et lorsque le 1er du mois tombe un lundi, on enchaîne :

καλημέρα, καλή εβδομάδα, καλό μήνα !

http://www.lepetitjournal.com/athenes/pratique/vivre-en-grece/258913-kalo-mina-tout-un-rituel-grec

 

http://mesinstantanes.blogspot.fr/2010/07/kalo-mina-les-salutations.html?m=1

S’il y a une boisson qui symbolise la Grèce, c’est bien l’ouzo ! 

 

Considéré comme le breuvage national du pays, aucune autre boisson n’est en effet considérée comme uniquement grecque ou étroitement liée à une culture comme l’ouzo l’est à la Grèce. Un vieux dicton rappelle  que « l’ouzo forge l’esprit » .

L’esprit grec ou « Kefi » se retrouve dans la nourriture copieuse, la musique, les conversations animées. Les grecs sirotent leur ouzo avec des amis, de la famille, pur ou allongé d’eau, toujours accompagné de délicieux hors – d’œuvre, appelés « mezzes ».

L’ouzo est également utilisé dans la médecine populaire à tel point que les grecs l’appellent « farmako » (médicament).  Dans des proportions raisonnables, l’apéritif anisé est considéré comme ayant divers avantages pour la santé, ( l’insomnie, la relaxation, les maux de dents, décongestionnant, expectorant, antiseptique) évitant même l’aggravation des symptômes.

Le mot « Ouzo » ne peut pas être traduit, l’origine en est d’ailleurs contestée. Les scientifiques pensent que ouzo vient de l’ancien verbe grec « sentir » ou  » Ozo »

Le prédécesseur de l’ouzo est le tsipouro. Cependant, la différence est dans le taux d’alcool qui perdure après la distillation, beaucoup plus élevé pour l’ouzo, sans oublier l’anis absent dans la fabrication du tsipouro.

Ce qui distingue l’ouzo d’autres alcools anisés réside dans le protocole d’aromatisation. Les substances aromatiques sont obtenues traditionnellement par distillation d’un mélange contenant de l’eau, de l’alcool mais aussi des graines d’anis

la fabrication d’ouzo a connu son essor au début du 19e, après l’indépendance grecque en 1856. Nicholas Katsaros et sa famille ont ouvert la première distillerie d’ouzo, qui produit encore aujourd’hui. La production se fait dans toute la Grèce ainsi qu’à Chypre. Il existe plus de 500 marques différentes et environ 300 producteurs, avec une différenciation très nette entre les produits. Chaque région revendique fièrement sa production, les plus connues étant l’ile de Lesbos et la région de Tyrnavos en Thessalie.

L’apéritif aromatisé et anisé a même connu une renaissance et a acquit ses lettres de noblesse au cours des dernières années, sans doute en raison d’un règlement de la CEE qui a officiellement reconnu l’ouzo comme boisson exclusivement produite en Grèce et à Chypre. Depuis plusieurs années, cinq régions grecques possédant une longue tradition de distillation ont reçu un label protégé pour leur production :  » Ouzo de Mytilène « ,  » Ouzo de Plomari », « Ouzo de Kalamata »,  » Ouzo de Thrace « , et  » Ouzo de Macédoine « . Ce label permet également l’exclusivité de fabrication de l’alcool à la Grèce, et dynamise les exportations

 

A consommer avec modération, bien sûr

http://www.lepetitjournal.com/athenes/accueil/actualite/277185-ouzo-la-boisson-nationale-grecque

In the spring, the most important religious ceremony is Easter.

Throughout Holy Week, different processions prepare the Resurrection of Christ.

Easter week, really begins on Monday of Holy Week. This is a real week of fasting.

On Good Friday, the procession of the Epitaph which symbolizes the funeral  of Christ, followed by the faithful holding candles lit brown, goes around the church.

Holy Saturday, at midnight, the priest announces the resurrection of Christ in the forecourt of the church. At the moment when the « CHRISTOS ANESTI » is pronounced by the priest, the faithful light their candle to the flame offered by it. The bells are ringing, the people full of joy, embrace and congratulate themselves by calling themselves « CHRISTOS ANESTI » (CHRIST IS RISEN). Then they go home, the candle lighted in his hand.

On returning home, the head of the family traces the sign of the cross at the top of the embrasure of his door, with the smoke of the candle, in protection of all evils. Then he lights a small photophore (kandili) and these candles are kept near the icons.

Then we sit down to eat the red eggs (tsougrisma) and eat the traditional soup made of lamb and lemon offal (maghiritsa).

Easter Sunday turns into a real « debauchery » of food, with paschal lamb etc., in order to celebrate the resurrection and the end of fasting

Lire la suite de

La fête de Pâques en Grèce

 

Au printemps, la fête religieuse la plus importante est la fête de Pâques.

Toute la Semaine Sainte, différentes processions préparent la Résurrection du Christ.

La semaine de Pâques, commence vraiment le lundi de la semaine sainte . Il s’agit d’une vraie semaine de jeûne.

 

  • Vendredi saint, la procession de l’Épitaphe qui symbolise l’enterrement du Christ, suivi par les fidèles tenant des bougies allumées marrons, fait le tour de l’église.

 

  • Samedi Saint, à minuit, le prêtre annonce la résurrection du Christ dans l’avant-cour de l’église. Au moment où le  » CHRISTOS ANESTI  » est prononcé par le prêtre, les fidèles allument leur cierge à la flamme offerte par celui-ci. Les cloches sonnent à toute volée, les personnes pleines de joie, s’embrassent et se félicitent en se disant  » CHRISTOS ANESTI  » (LE CHRIST EST RESSUSCITÉ) . Puis on se quitte, le cierge allumé à la main.

En rentrant à la maison, le chef de famille trace en haut de l’embrasure de sa porte avec la fumée du cierge, le signe de la croix, en protection de tous les maux. Ensuite, il allume un petit photophore (kandili) et ces cierges sont gardés près des icônes.

Puis, on se met à table pour casser les œufs rouges (tsougrisma) et manger la soupe traditionnelle à base d’abats d’agneau et de citron (maghiritsa).

  • Le dimanche de Pâques se transforme en une vraie « débauche » de nourriture, avec l’agneau pascal etc, afin de célébrer et la résurrection et la fin du jeûne

La coutume est l’agneau à la broche que l’on fait cuire en plein air. Partout en Grèce, le dimanche de Pâques, on installe dans les cours des maisons, des broches pour faire rôtir l’agneau.

La broche est tournée lentement par une personne qui enduit de temps en temps l’agneau avec un mélange d’huile, d’origan et de citron à l’aide d’un pinceau.

 

 

Mouton à la broche et Kokoretsi

On y cuit aussi le kokoretsi, composé essentiellement de boyaux et d’abats d’agneau mis en broche avec des épices et des herbes aromatiques.

On sert aussi toutes les spécialités salées ou sucrées de la maîtresse de maison: salades, pita, feta et des desserts tsoureki, koulourakia…

 

Tsoureki

Koulourakia

Kaltsounakia

Meletinia

 

http://www.teteamodeler.com/culture/fetes/paques-grecque.asp

 

La Grèce à 2 fêtes nationales, le 25 mars et le 28 octobre

Celle qui nous concerne aujourd’hui est celle de l’Indépendance grecque

La Grèce a vécu sous le joug ottoman pendant 400 siècles

Il y a eu de nombreuses révoltes.

Le 25 mars 1821, les grands chefs de la résistance grecque se réunirent et prêtèrent serment sur le drapeau grec de donner leur vie pour libérer leur patrie.

Il a fallu attendre 1830 pour que cela devienne une réalité