Bonjour

Pour ceux qui ne savent pas comment visiter la Crète, voici un exemple de circuit en 8-10 jours.

Vous trouverez des liens vers d’autres articles.

– Pour commencer, passez 2-3 jours à Plakias au sud de Rethymnon qui est plutôt calme.

Vous pourrez profiter des criques  entre Souda beach, Skinaria, Preveli et son monastère voire Triopetra.

(http://lavieencrete.com/la-cote-de-plakia-a-preveli-beach/)

– Ensuite complètement à l’Ouest vers Kissamos pour visiter des plages de rêve comme Balos, Gramvoussa, Falassarna et Elafonissi

(http://lavieencrete.com/circuit-1-chania-balos-falassarna-elafonissi/)

– En bonus, si vous aimez randonner, il y a les gorges de Samaria et pourquoi ne pas passer une nuit au village de Loutro

(http://lavieencrete.com/circuit-2-chania-gorges-de-samaria-aghia-roumeli-chora-sfakion-chania/)

– Cela vous permettra aussi de passer par les villes de Chania et Réthymnon qui sont agréables le soir.

– Enfin, Héraklion et Knossos pour finir

Pour un deuxième séjour, il reste les Cyclades (Santorin est à 2 heures de bateau…) et le reste de l’île à l’Est d’Hérakion (Aghios Nikolaos, l’île de Spinalonga, Sitia, Ierapetra, Chrissi et Vai)

 

Si vous voulez plus d’information, je vous conseille le guide Lonely Planet sur la Crète cliquez-ici

 

La route qui descend vers Tsoutsouros et Keratokambos est impressionnante avec des vues sur les montagnes environnantes et la gorge qui descend vers la mer.
Arrivés à Dermato, vous avez à droite Tsoutsouros et Keratokambos à gauche.

Ces petits villages d’agriculteurs et de pêcheurs sont particulièrement calmes.
Ils peuvent accueillir des touristes grâce à quelques hôtels, chambres à louer et restaurants

Il y a aussi de belles plages de sable extrêmement calmes et propres

TSOUTSOUROS:

Lire la suite de

GEORGIOUPOLIS

 

 

GEORGIOUPOLIS est un petit village équipé de nombreux hôtels située à environ 35 kms à l’est de La Canée et 24 kms à l’ouest de Rethymnon.

Cette position permet de visiter facilement ces deux petites villes, de préférence en soirée quand l’agitation urbaine et le soleil se calment.

Le village est un peu animé (quelques bars et restaurants) mais pas de boîtes de nuit.

La plage de sable doré qui s’étend sur 7 km à l’est du village (côté des grands hotels) est bien équipé de chaises longues, de parasols, de divertissements de plage et de tavernes.

 

Lire la suite de

RETHYMNON-PLAKIA: 35 KM 48 MINUTES en passant par les gorges de KOTSIFOU

 

Le Sud de la Crète est particulièrement plus calme.

La montagne est plus proche de la côte ce qui donne des paysages plus sauvages avec des plages, des criques et des gorges.

 

Les gorges de KOTSIFOU

Les gorges de KOTSIFOS est plus petite que sa voisine KOURTILIOTIKO, mais avec de la végétation en plus.

Les gorges de KOTSIFOS commencent au village de KANEVOS et s’achèvent à PLAKIAS.

Au départ, elles sont très étroites, d’une largeur d’environ 10 m qui augmente ensuite pour atteindre 600 m.

La longueur totale est de 1800 m et  les parois verticales atteignent jusqu’à 300 m de haut.

À l’intérieur des gorges, il existe une petite église bâtie dans une cavité rocheuse.

PLAKIAS

C’est une petite station balnéaire très appréciée pour passer des vacances de farniente au bord de l’eau.

Bars, tavernes et restaurants se pressent dans la rue qui longe la plage.

Vous pouvez passer une nuit à Plakias, la ville est assez calme et il y a beaucoup d’hébergements.

 

A l’Est de PLAKIAS, il y a une petite route qui longe la mer jusqu’à la plage de SOUDA BEACH.

Tout le long, il y a de magnifiques petites criques tranquilles.

Lire la suite de

http://www.lepetitjournal.com/athenes/pratique/vivre-en-grece/258913-kalo-mina-tout-un-rituel-grec

Les salutations, c’est tout un rituel en Grèce.

(http://www.lepetitjournal.com/athenes/accueil/actualite/277185-ouzo-la-boisson-nationale-grecque)

Il y a bien sûr le καλημέρα – kalimera (bonjour), mais attention seulement le matin,

le καλό μεσημέρι – kalo mesimeri (bon midi) de 12h à 14h. mais seulement en partant,

le καλησπέρα – kalispera (bonsoir) de 14h à 20h

le καλό βράδυ – kalo vrazi (bonne soirée) – en partant après 20h.

en enfin, le καλή νύχτα – kali nirta (bonne nuit) avant d’aller se coucher.

Mais ce n’est pas tout ! Si vous tarder la nuit et que vous vous séparez tard, vous dites encore : καλό ξημέρωμα – kalo ximeroma (bon lever du soleil).

Le lundi, on se souhaite καλή εβδομάδα – kali evdomada (bonne semaine) et le 1er du mois : καλό μήνα – kalo mina (bon mois).

 

Et lorsque le 1er du mois tombe un lundi, on enchaîne :

καλημέρα, καλή εβδομάδα, καλό μήνα !

http://www.lepetitjournal.com/athenes/pratique/vivre-en-grece/258913-kalo-mina-tout-un-rituel-grec

 

http://mesinstantanes.blogspot.fr/2010/07/kalo-mina-les-salutations.html?m=1


ÉCHAPPÉES BELLES: les Cyclades, l’EDEN GREC

 

  • Santorin :  Oia, une ville bien plus touristique qui représente la carte postale de Santorin. On est entouré des murs blancs qui réfléchissent la lueur du soleil. Une vue sur la ville et du ciel bleu à perte de vue. Ça sent les vacances !
  • C’est en ferry, que Jérôme rejoint l’île de  Tinos, l’île des artisans, l’île sanctuaire connue pour ses pèlerinages, et l’île agricole.
  • Le jour se lève sur l’île de Mykonos connue comme l’île de l’archipel qui ne dort jamais. Jérôme ouvre ses volets et contemple la vue de son hôtel. Devant lui, un tableau de maisons qui longent la petite baie, des yachts qui s’amarrent, et les moulins à vent.
    Des étals multicolores exhibent leurs plus beaux spécimens. Des poulpes, des poissons aux reflets rouge ou bleu, des langoustes… Il y a un choix infini. Nikos prend un beau poisson et du poulpe et les hommes repartent vers le restaurant.

 

  • Syros ne peut être résumée par sa capitale : l’île bénéficie de la pousse de thym sauvage qui sert à faire du miel de thym, et l’on peut en trouver en vente dans tout l’archipel.
  • Le ferry de Jérôme arrive maintenant à Paros. Il tombe nez à nez avec un des fameux moulins à vent des Cyclades. Le vent souffle fort, c’est bon signe, il va pouvoir profiter des sports nautiques.

 

 

 

 

VAI est à 24 km à l’Est de SITIA

(150 km à l’Est d’Héraklion)

 

La plage de VAI est une belle plage de sable très fin bordée d’une forêt de palmiers.
Selon une légende, les palmiers auraient été importés en Crète par les Arabes.
En réalité, les palmiers de VAI constituent les derniers vestiges des palmeraies naturelles qui existaient partout dans les zones côtières de l’île comme à PREVELI BEACH

Voici une superbe vidéo prise par un drône

www.daynight.com.gr/entyposiako-foinikodasos-vai-apo-psila/

SANTORIN

 

SANTORIN est située dans le sud de la mer Égée, dans les CYCLADES, à 186 kilomètres au sud-est du cap Sounion (Attique) et à 113 kilomètres au nord-nord-est d’HERAKLION, en Crète.

Santorin est reliée plusieurs fois par jour en avion à Athènes, Mykonos, Rhodes. En bateau, il y a plusieurs liaisons quotidiennes  avec HERAKLION (2 heures), Ios, Naxos ou plus loin Paros, Mykonos…

Du fait de l’effondrement de la caldeira de l’ancienne île, Santorin a la forme d’un croissant ouvert vers l’ouest et un profil dissymétrique : son littoral occidental est constitué de falaises et l’altitude décroit progressivement vers la côte orientale qui est généralement basse.

 

VISITE DE SANTORIN:

THIRA

Les bateaux de ligne accostent au port d’ATHINIOS.

Construit uniquement pour des raisons utilitaires, il n’a pas un charme fou et l’on ne fait qu’y passer. Bus et taxis vous conduiront à la capitale de l’île, THIRA.

Cette ville fascinante, aux constructions accrochées le long d’une paroi de 260 mètres offre un des plus beaux panoramas au monde. Un dédale d’escalier conduit aux habitations dont certaines sont aménagées en chambres d’hôtes ou hôtels. Où que l’on se trouve, la vue sur la Caldeira est exceptionnelle. Le haut de la ville est constitué de ruelles pittoresques, pavées et aux murs blancs.

On peut descendre au pied de la falaise à pieds (560 marches), à dos d’âne ou en téléphérique.

N’OUBLIEZ PAS DE FAIRE UN TOUR SUR LE VOLCAN ET DE VOUS BAIGNER DANS LES EAUX RECHAUFFEES PAR LE VOLCAN !!!

THIRA

THIRA

THIRA

THIRA

THIRA

IMEROVIGLI

Le quartier d‘Imerovigli offre une vue encore plus exceptionnelle du fait de leur situation plus élevée encore. Il s’agit d’un secteur résidentiel, et donc bien plus calme que le centre de Thira. Le caractère plus paisible du coin s’accorde à merveille avec les points de vue qui inspirent l’émerveillement

 

 

IMEROVIGLI

Lire la suite de

S’il y a une boisson qui symbolise la Grèce, c’est bien l’ouzo ! 

 

Considéré comme le breuvage national du pays, aucune autre boisson n’est en effet considérée comme uniquement grecque ou étroitement liée à une culture comme l’ouzo l’est à la Grèce. Un vieux dicton rappelle  que « l’ouzo forge l’esprit » .

L’esprit grec ou « Kefi » se retrouve dans la nourriture copieuse, la musique, les conversations animées. Les grecs sirotent leur ouzo avec des amis, de la famille, pur ou allongé d’eau, toujours accompagné de délicieux hors – d’œuvre, appelés « mezzes ».

L’ouzo est également utilisé dans la médecine populaire à tel point que les grecs l’appellent « farmako » (médicament).  Dans des proportions raisonnables, l’apéritif anisé est considéré comme ayant divers avantages pour la santé, ( l’insomnie, la relaxation, les maux de dents, décongestionnant, expectorant, antiseptique) évitant même l’aggravation des symptômes.

Le mot « Ouzo » ne peut pas être traduit, l’origine en est d’ailleurs contestée. Les scientifiques pensent que ouzo vient de l’ancien verbe grec « sentir » ou  » Ozo »

Le prédécesseur de l’ouzo est le tsipouro. Cependant, la différence est dans le taux d’alcool qui perdure après la distillation, beaucoup plus élevé pour l’ouzo, sans oublier l’anis absent dans la fabrication du tsipouro.

Ce qui distingue l’ouzo d’autres alcools anisés réside dans le protocole d’aromatisation. Les substances aromatiques sont obtenues traditionnellement par distillation d’un mélange contenant de l’eau, de l’alcool mais aussi des graines d’anis

la fabrication d’ouzo a connu son essor au début du 19e, après l’indépendance grecque en 1856. Nicholas Katsaros et sa famille ont ouvert la première distillerie d’ouzo, qui produit encore aujourd’hui. La production se fait dans toute la Grèce ainsi qu’à Chypre. Il existe plus de 500 marques différentes et environ 300 producteurs, avec une différenciation très nette entre les produits. Chaque région revendique fièrement sa production, les plus connues étant l’ile de Lesbos et la région de Tyrnavos en Thessalie.

L’apéritif aromatisé et anisé a même connu une renaissance et a acquit ses lettres de noblesse au cours des dernières années, sans doute en raison d’un règlement de la CEE qui a officiellement reconnu l’ouzo comme boisson exclusivement produite en Grèce et à Chypre. Depuis plusieurs années, cinq régions grecques possédant une longue tradition de distillation ont reçu un label protégé pour leur production :  » Ouzo de Mytilène « ,  » Ouzo de Plomari », « Ouzo de Kalamata »,  » Ouzo de Thrace « , et  » Ouzo de Macédoine « . Ce label permet également l’exclusivité de fabrication de l’alcool à la Grèce, et dynamise les exportations

 

A consommer avec modération, bien sûr

http://www.lepetitjournal.com/athenes/accueil/actualite/277185-ouzo-la-boisson-nationale-grecque

In the spring, the most important religious ceremony is Easter.

Throughout Holy Week, different processions prepare the Resurrection of Christ.

Easter week, really begins on Monday of Holy Week. This is a real week of fasting.

On Good Friday, the procession of the Epitaph which symbolizes the funeral  of Christ, followed by the faithful holding candles lit brown, goes around the church.

Holy Saturday, at midnight, the priest announces the resurrection of Christ in the forecourt of the church. At the moment when the « CHRISTOS ANESTI » is pronounced by the priest, the faithful light their candle to the flame offered by it. The bells are ringing, the people full of joy, embrace and congratulate themselves by calling themselves « CHRISTOS ANESTI » (CHRIST IS RISEN). Then they go home, the candle lighted in his hand.

On returning home, the head of the family traces the sign of the cross at the top of the embrasure of his door, with the smoke of the candle, in protection of all evils. Then he lights a small photophore (kandili) and these candles are kept near the icons.

Then we sit down to eat the red eggs (tsougrisma) and eat the traditional soup made of lamb and lemon offal (maghiritsa).

Easter Sunday turns into a real « debauchery » of food, with paschal lamb etc., in order to celebrate the resurrection and the end of fasting

Lire la suite de